Henri Weber, directeur des études européennes auprès du Premier secrétaire
Henri Weber, directeur des études européennes auprès du Premier secrétaire

Attentats à Paris : à la nécrophilie de Daech, opposons notre amour de la vie

Le par

Lorsque les djihadistes se sont emparés de Tombouctou, nous rappelle le beau film d’Abderrahmane Sissako, ils ont interdit la musique, la fête, le foot. Leurs sinistres brigades des mœurs patrouillaient dans les quartiers pour surprendre les contrevenants. Les plus chanceux s’en tiraient avec 50 coups de fouet. C’est cette même haine de la vie qui inspire les attentats du vendredi 13 novembre. Ce n’est pas céder au délire d’interprétation que de constater que les cibles désignées aux tueurs n’ont pas été choisies au hasard : le Bataclan, pour la musique et la danse, les terrasses conviviales et métissées de l’Est parisien, pour le plaisir et le flirt, le Stade

Les derniers contenus multimédias